Janusirsasana : my best friend

Encore une fois j’ai laissé beaucoup de temps couler sous les ponts… Mais ce n’est que pour mieux vous revenir mes chers amis!

Alors voilà, aujourd’hui, j’ai envie de vous parler de cette posture que j’aime vraiment beaucoup, et avec qui j’espère que vous allez accrocher! So let’s go…

I know, a lot of time flew since my last article… But it is only to return to you in a better way my dear friends!

Then here we are, Today, I want to speak to you about this pose that I really like very much, and thatI hope you will like too! So let’s go…

English version at the bottom

Janusirsasana, ça veut dire « la posture de la tête au genou ». C’est donc une posture de flexion avant, mouvement que j’aime particulièrement car:

1. C’est le sens dans lequel je suis le plus souple (oui, c’est tricher, je sais)

2. Ces postures m’etirent parfaitement le milieu du dos, qui est très souvent contracté…

3. Elles donnent aussi un sentiment d’intériorisation, que j’apprécie beaucoup

Alors, voyons un peu pourquoi janusirsasana est devenue ma meilleure amie…

Janusirsasana, la posture

C’est une posture simple, dont les effets se font ressentir même si vous n’êtes pas souple et que vous ne descendez pas beaucoup.

Il faut s’installer assis, ramener un pied genou plié vers le pubis, et tendre l’autre jambe sur le côté. Puis on descend sur la jambe tendue, et on pose les deux mains de façon symétrique la ou elles veulent bien aller. Et là, on detent, et on laisse descendre.

Cette posture est excellente pour étirer les muscles du dos et surtout ceux qui enserrent la hanche, ainsi que les côtés du bas du dos. Je m’en sers beaucoup comme étirement après le surf, car c’est une zone très sollicitée.

L’étirement des psoas

L’un des principaux effets sur le corps physique de cette posture est d’étirer des muscles profonds qui s’appellent les psoas.

Les pso quoi? Me direz vous… Moi non plus je n’en avais pas encore entendu parler, mais en réalité ce sont des muscles très importants: les psoas sont des muscles profonds qui attachent la base de la colonne vertébrale aux fémurs.

C’est eux qui nous permettent de nous tenir droits, et de nous mettre en mouvement grâce aux hanches, mais il semblerait qu’ils aient aussi un rôle émotionnel et énergétique majeur.

Physiologiquement, certains les qualifient de « muscles poubelles », dans lesquels des toxines s’accumulent. En effet, nos muscles peuvent être des lieux d’accumulation de toxines, et les psoas le seraient plus que d’autres, à cause de leur proximité avec les reins, et du fait que leurs fascias (enveloppe du muscle) soient en lien avec ces organes éliminateurs. Mais certains autres auteurs semblent contester cela. Quoi qu’il en soit, cela ne peut pas faire de mal de les étirer, car lorsqu’ils sont trop contractés, cela a une incidence sur tout le reste des muscles du dos, les hanches, etc., pouvant entraîner des dégénérescences osseuses ou des mauvaises postures (devenir voûté par exemple).

Mais d’autres auteurs comme Liz Koch vont plus loin, reliant les psoas aux émotions: ils seraient alors des muscles en lien direct avec notre cerveau reptilien, et donc seraient le lieu de cristallisation de  nos peurs profondes. Travailler sur le psoas pourrait alors nous permettre de nous libérer de nos peurs, et d’avancer dans la vie (ça tombe bien, c’est justement le muscle qui nous permet de marcher en fait!).

Si vous voulez en savoir plus, je me suis documentée sur le site sain et naturel, dans un article très justement intitulé « le muscle de l’âme », où tout est très bien expliqué. Voici également ici d’autres postures qui permettent d’étirer les psoas.

Vous pouvez aussi aller sur le site officiel de Liz Koch, auteur de « The psoas book », en anglais.

Le petit plus de la version natha yoga

Ce dernier mois, cette posture faisait partie de mon module de formation. Et la, j’ai découvert une autre dimension de travail: le nettoyage des énergies.

Il ne s’agit donc pas uniquement d’étirer le corps, mais aussi d’équilibrer les énergies lunaire et solaire, avec un travail sur Ida et pingala.

Ainsi, lorsqu’on se penche sur la jambe droite, on ouvre le côté gauche du corps. Naturellement, le souffle se porte alors dans la narine gauche, et circule essentiellement dans Ida, le nadi lunaire. Dans cette configuration, on peut alors installer un souffle qui va permettre de nettoyer et purifier ce nadi, sur un rythme 1/4/2, par exemple 4 temps d’inspiration, 16 temps de rétention poumons pleins, et 8 temps d’expiration. Si on n’arrive pas à tenir 16 temps, on peut limiter à 8.

Pour améliorer l’effet énergétique, ajouter une visualisation rend le travail plus puissant. On visualise donc l’énergie qui monte dans Ida, sous la forme d’un serpentin, jusque dans le chakra ajna, durant l’inspiration. Lors de la retention, on visualise cette fois l’energie lunaire qui s’écoule depuis ajna dans tout le canal. Puis à l’expiration, le souffle redescent.

On effectue ainsi 3, 5 ou 7 souffles, puis on change de côté.

Quand on se penche sur la jambe gauche, on travaille donc le côté droit, qui correspond à pingala, le nadi ou circule l’énergie solaire.

On peut utiliser des mantras pour rendre le travail énergétique encore plus puissant: YAM quand on travaille Ida, RAM quand on travaille pingala.

Ce travail des nadis latéraux permet d’équilibrer les énergies, et d’apaiser le mental. C’est un travail très fort de nettoyage, et personnellement, j’en retire à chaque fois un grand bien être, et la sensation de me recentrer tout en douceur.

Et vous, qu’en pensez-vous? Aimez-vous cette posture? J’attends vos commentaires avec impatience!

 

English

Janusirsasana means  » the pose of the head to the knee « . It is thus a pose with a forward fold, movement which I like particularly because:

1. It is the direction in which I am the most flexible (yes, it is cheating, I know)

2. These poses stretch perfectly the middle of myback, which is very often contracted…

3. They also give a feeling of interiorization, that I appreciate a lot

Then, let’s see why janusirsasana became my best friend…

Janusirsasana, the pose

It is a simple pose, and you can feel its the effects even if you are not flexible, and even if you don’t lean down a lot.

First, you sit down, you return one foot knee folded towards the pubis, and you tighten the other leg on the side. Then you fold forward on the tense leg, and you put both hands in a symmetric way where they are willing to go. And then, you detent, and you let your body go down.

This posture is excellent to stretch the muscles of the back and especially those who enclose the hip, as well as the sides of the low back. I use it as stretching after surfing a lot, because it is a very requested zone when on your board.

The stretching of psoas

One of the main effects of this pose on the physical body is to stretch deep muscles which are called psoas.

The pso… what? You may ask me…  I’ve never heard about them before, but in reality they are very important muscles: the psoas are deep muscles which attach the base of the spine to thighbones.

They allow us to stand up straight, and to put in movement thanks to hips, but it seems that they also have a major emotional and energetic role.

Physiologically, some qualify them as  » muscles trash cans « , in which some toxins accumulate. Indeed, our muscles can be places of accumulation of toxins, and the psoas would be it more than others, because of their closeness with loins, and because their fascias (envelope of the muscle) are in connection with these eliminating organs . But other authors seem to dispute it. No matter what, it cannot hurt to stretch them, because when they are too much contracted, it has an incidence on all the rest of the muscles of the back, the hips, etc., being able to entail osseous degenerations.

But other authors as Liz Koch go further, connecting psoas with the feelings: they would be then muscles in direct link with our reptilian brain, and thus would be the place of crystallization of our deep fears. To work on the psoas could then allow us to release ourselves from our fears, and to move forward in the life (coincidence?  it is exactly the muscle which allows us to walk…).

If you want to know more about it, you can consult the Liz Koch’s official site, or her article on the yoga journal.

The extra thing of the natha yoga version

This last month, this pose was a part of my work in the yoga teacher training. And, I discovered another dimension in it: the cleaning of the energies.

It is not thus a question only of stretching the body, but also of balancing the lunar and solar energies, with a work on Ida and pingala nadis.

So, when we deal with the right leg, we open the left-hand side of the body. Naturally, the breath goes then in the left nostril, and circulates essentially in Ida, the lunar nadi. In this configuration, we can then install a breath which is going to allow to clean and to cleanse this nadi, on a rhythm 1/4/2, for example 4 times of inspiration, 16 times of retention full lungs, and 8 times of expiration. If we do not manage to hold 16 times, we can limit to 8.

To improve the energy effect, adding a visualization makes the work more powerful . We visualize the energy which rises in Ida, under the shape of a serpentine, to the chakra ajna, during the inspiration. During the retention, we visualize this time the lunar energy which flows from ajna into all the channel. Then at the expiration, the breath goes down again.

We so make 3, 5 or 7 breaths, then we change aside.

When we deal with the left leg, we thus work the right-hand side, which corresponds to pingala, the nadi where circulates the solar energy.

We can use mantras to make the energy work even more powerful: YAM when we work Ida, RAM when we work pingala.

This work of the side nadis allows to balance the energies, and to calm the mental. It is a very strong work of cleaning, and personally, I feel perfectly good after this, and the sensation to be more focused and balanced.

And you, what do you think about this pose? Do you like it? I’m curious of your commentaries!!!

See you soon…

Un commentaire sur « Janusirsasana : my best friend »

  1. Bonjour,
    Effectivement cette posture à des effets bénéfiques en ayur véda sur la rate, le foie et les reins. Elle est également à recommander chez les hommes d’un certain âge et ayant des problèmes d’hypertrophie de la prostate, et pour être complet chez les personnes souffrant d’hypothermie chronique( sensation permanente d’avoir froid). Elle est à compléter par parivrtta janu sirsasana, laquelle va apporter une meilleure circulation sanguine vertébrale. En médecine chinoise, elle est à relier avec les problèmes de circulation et donc de rate chez la femme, particulièrement si elle est ménopausée. En neuroscience, on utilisera les deux postures chez des gens renfermés sur eux-même, ce qui leur permettra de gagner de l’assurance (avec d’autres postures, bien sur).
    En terme énergétique, je suis heureux d’apprendre ce que tu en dis, puisque c’est quelque chose que je ne connaissais pas.
    Bonne pratique avec le bruit des vagues!!!!

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s